Zéro Clic : la tendance qui fait parler de Google

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
tendance_zero_clic_orenji_solutions_digitales

La tendance du zéro clic sur Google, qui commençait à faire parler d’elle il y a quelques mois, connaît aujourd’hui son « procès ». En effet, le moteur de recherche devient de plus en plus, et à lui seul, un moteur de réponse. Et sans aucune surprise, cela ne plait pas à tout le monde. Alors était-ce une volonté de la part de Google ? Est-ce que cela a un impact sur la visibilité de votre site web ?

Zéro Clic : des disparités entre mobile et ordinateur

Le « Zéro Clic » c’est tout simplement lorsque vous n’avez plus besoin de cliquer sur les liens référencés sur Google pour avoir une réponse à votre requête. Cette tendance a considérablement changé le comportement des internautes quant à la recherche d’informations. Il peut par exemple entrer directement en contact avec une entreprise sans forcément aller sur son site internet. Ou encore avoir des réponses directes sous forme de données structurées, à ses questions.

Notez que 56% des internautes effectuent leurs recherches sur mobile, et donc 44% restant sur ordinateur. Alors, comment évolue cette tendance selon les différents supports ?

Les recherches sur mobile

La situation est sans aucune surprise beaucoup plus alarmante sur mobile que sur ordinateur pour ce qui est du zéro clic. En effet, rien que le fait que la taille des écrans soit plus petite, donne aux internautes une Google Answer Box prenant souvent la totalité de l’écran, voire la dépassant. Pour rentrer un peu plus dans les détails et dans les données statistiques, voici trois chiffres clés à retenir :

  • 77,22 % des internautes se contentent seulement de regarder les résultats SERP de Google
  • 21,99 % des internautes cliquent sur un résultat « organique » (naturel)
  • 0,79 % des internautes cliquent sur un résultat payant

À savoir que ces requêtes qui n’aboutissent pas à un clic, ont connu une évolution de plus de 6% en l’espace de quatre ans. La recherche vocale n’y est pas non plus pour rien. Effectivement, Google « récompense » les sites internet qui sont en mesure de fournir une simple et pertinente réponse vocale et les place donc en tête de liste. Une autre tendance qui ne risque pas de s’effacer.

Les recherches sur ordinateur

Comme vous l’avez sûrement déjà compris, la tendance du zéro clic est beaucoup moins marquée sur ordinateur. En termes de chiffres, nous parlons de :

  • 46,48 % d’internautes qui se contentent uniquement de regarder les résultats
  • 50,75% d’internautes qui cliquent sur des résultats organiques
  • 2,78% d’internautes qui cliquent sur un résultat payant

En conclusion, quasiment une personne sur deux s’arrête aujourd’hui à la page de résultats Google. Pourquoi ? Car elles sont satisfaites du peu d’informations qui leur sont renseignées dans les balises « Title » (titre du résultat) et « Meta Description » (l’en-tête, l’introduction du résultat).

La réponse de Google face aux accusations de la tendance Zéro clic

La réponse de Google n’aura pas mis longtemps à se faire attendre suite aux accusations qui lui étaient portées. En effet, le moteur de recherche explique qu’il y a de nombreuses et très bonnes raisons pour que « toutes les requêtes ne donnent pas lieu à un clic sur un site web ». En voici les quatre principales sur lesquelles Google a souhaité mettre l’accent :

  • Les internautes recherchent des réponses rapides et rapidement. Effectivement, on veut aujourd’hui trouver rapidement l’information que l’on recherche, sans forcément à avoir à naviguer sur des sites internet. Les internautes ont pris l’habitude de ces réponses s’affichant en tête des résultats. Elles sont plus utiles pour eux et tout aussi rapides.
  • Les internautes reformulent leurs requêtes. Il leur arrive souvent de les reformuler dans le but d’affiner leur précision. Google estime par ailleurs, que ces recherches effectuées jusqu’au moment T de la bonne et précise formulation « devraient être considérées comme des clics nuls, car elles n’ont pas abouti immédiatement sur un clic, mais elles y ont contribué ».
  • Ils se connectent directement à une entreprise. En aucun cas Google n’a souhaité voler le trafic des entreprises. Mais son but premier est de fournir aux internautes toutes les informations nécessaires à sa mise en contact avec elles. C’est pour cela que vous trouverez sur les pages de présentation des entreprises une mise en avant rapide et efficace de leurs informations comme les adresses de site web ou postales, les numéros de téléphone, les horaires d’ouverture …)
  • Ils parviennent directement à une application. Cela concerne notamment les recherches faites sur mobiles. Où Google souhaite directement vous rediriger vers les applications dédiées à votre recherche plutôt qu’à un site web (Netflix, Instagram, Amazon …). Surtout dans le cas où vous disposez déjà de cette application sur votre smartphone.

Qu’en est-il du référencement naturel ?

Alors, avec tout ce que vous venez de lire, cela veut-il dire que votre SEO est inutile ? La réponse est bien entendu : non. Mais il vous faut quand même adapter votre stratégie avec cette nouvelle tendance si vous souhaitez continuer de plaire aux algorithmes de Google.

  • Travaillez vos titres et vos méta-descriptions (extraits visibles sur les résultats) : faites-en un contenu riche en informations mais surtout bien travaillé. L’internaute peut également profiter du fait que vous identifiez vos titres, sous-titres ou paragraphes. Ils peuvent en effet, les orienter et les inciter à aller les découvrir.
  • Adoptez une nouvelle stratégie de mots clés : il ne s’agit plus seulement de trouver des mots clés qui ont un bon volume de recherche. Mais bien de trouver ceux qui sont le plus susceptibles de générer des clics sur votre site (« définition », « qu’est-ce que », « pourquoi », « comment » …)
  • Analysez le parcours de vos clients : quand et pourquoi les internautes entrent-ils sur votre site ? Quels canaux utilisent-ils ? Encore une fois quand, et pourquoi ? Vous aurez par la suite à axer votre stratégie et votre contenu autour de leurs motivations.
  • Bien d’autres éléments sont à prendre en compte. Comme l’intention de recherche, les expériences omnicanales ou encore les recherches de marque. Tout autant de facteurs à prendre en compte, et sur lesquels nous seront ravis de vous accompagner.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email

Commentaire récents

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.